"J'ai adoré ce film".
"je suis fan de cette boisson".
"voici mon restaurant préféré"...
J'en pass des pires et des meilleures.
Sur Twitter, de nombreuses stars partagent leurs goûts.
Mais il ne s'agit pas de coups de pouce bénévoles.
Loin de là.
Vous vous faites avoir mes chèris.
C'est devenu un véritable business : les célébrités assurent la promotion de produits sur les réseaux sociaux et sont rémunérées pour cette publicité déguisée.
Et oui en France ce n'est pas encore au top mais aux aux Etats-Unis la pratique est plus que répandue !
Certains people qui ont plusieurs millions de followers ne s'en privent pas.
Avec un seul tweet flatteur d'une célébrité en vue, une marque est assurée de bénéficier d'une bonne couverture.
La spécialiste du genre?
La pauvre starlette de téléréalité Kim Kardashian, qui ne cesse de vanter les mérites de ses produits "favoris", vêtements, cosmétiques, ...
Et ce, à ses quelque 18,5 millions de followers.
Une enquête parue sur le site des Echos lundi évoque aussi les noms de Cristiano Ronaldo (21,5 millions de followers), Mariah Carey (14 millions de followers) ou Mike Tyson (3,8 millions de followers).
Certaines agences de publicité se sont spécialisées sur ce créneau.
C'est le cas d'Adly, pionnier et leader du "social advertising", créé en 2009.
La société américaine a réussi à convaincre 2.000 célébrités (musiciens, acteurs ou sportifs), rapporte lesechos.fr. Elle profite aussi du réseau de quelque 73.000 "influenceurs" (blogueurs, critiques, experts, etc.).
Adly gère jusqu'à un tiers des tweets émis par les personnes qu'elle a sous contrat.
"L'entreprise cherche à faire naître des conversations entre les personnalités dont elle gère les fils.
La star ne dit pas: 'Allez voir ce film ou buvez telle boisson', mais propose à un autre people d'aller voir un film ou de s'émerveiller à propos de telle ou telle nouveauté.
L'impact se trouve ainsi démultiplié", explique le site du quotidien économique.
Autre avantage: les people sont rémunérés, mais bien moins que s'ils prêtaient leur image à une campagne de publicité classique.
Adly donne les noms de certains de ses clients :Sony, Microsoft ou L'Oréal , mais reste discret sur ceux des célébrités se prêtant au jeu...
Si c'est pas prendre les gens pour des cons, Le Nain ne comprend plus rien.
En même temps, tant que des cons boiront du café pour faire comme Clooney, ça continuera de fonctionner !