Et non pas pas nique dans ma raie...
Je vous vois venir libidineux lecteurs.
Et je n'ai pas dit pas de nique dans le Marais, parce que ça c'est pas demain la veille !
Ben oui ça drague, ça séduit dans le Marais et comme dans tout fast food, c'est consommation à emporter ou bien alors sur place.
C'est comme cela que l'autre soir en rentrant chez elle, une copine a eu le doux plaisir de se faire un porno en live.
Deux mecs, couchés sur sa poubelle, le pantalon sur les chevilles, et ce ne sont pas des perles qu'ils enfilaient.
Pas choquée pour deux sous, elles est passée, royale, laissant les deux mecs penauds en plein ramonage de conduits...
A marquer dans les "anales" comme elle dit...
Bref revenons à nos moutons.
Ou plutôt à nos dindes ...
Ben oui il y a affolement dans le Marais !
Pensez donc, Bernard Bousset, le patron de l'Open craint pour ses clients.
Pas plus à l'abri non plus ceux du Raidd...
On commence à craindre des disparitions dans le Gayland.
Combien rue des Archives ?
Il y va de la survie de la communauté gay !
Après le sida qui n'est même pas passé par moi, voici donc ce qui aura raison du troupeau : un nouveau complexe gay
Non pas un gay complexé.
Mais qui alors ?
Un bar, un restaurant, une discothèque.
Après deux ans de bras de fer, de coups bas entre copines patronnes d'établissements.
Après des négociations à n'en plus finir avec dame Bertinotti et autres Bertrand.
Le miracle est arrivé.
Oui un nouveau bar va arriver.
La rue des Archives risque de se vider au profit d'une autre plus petite avec un nom bizarre : la rue de la Pierre au Lard.
Vous imaginez donc nos joyeux gays lurons adeptes de la gonflette se retrouver dans une rue qui porte le nom de lard ?
On y aurait plutôt vu un bar de nounours...
Et bien non.
Le défi est donc lancé.
Crânes rasés, body buildés le défi de la Pierre au Lard vous sera prochainement lancé...